Beau soleil

IMG_0080 (Copier)

Samedi 18 avril
Ce matin, j’ai des fourmis dans les pneus.
Depuis que je sais qu’une balade est réservée pour 15 heures en direction de Montaulieu, j’ai hâte de reprendre du service.
Quand j’aborde la piste de Saint Aubanet à Montaulieu, je déborde d’enthousiasme. Beau patinage en 1ère dans le passage vertical. Oui ! J’exagère.
Mes voyageurs se sont bien rempli les yeux. Miélandre et Angèle coiffées de leurs nuages éloquents.
Nous avons aussi fait le détour par la cascade d’Aubres, occasion de la photo souvenir.
J’ai enfin de la boue sur les portières. Je suis une aventurière.

 

Lundi 13 avril
Heureusement, je suis patiente. J’attends le « client ». En plein soleil. C’est toujours mieux que sous la pluie. Et puis hop ! A 16h, décollage pour un jeune couple venu de Perpignan.
Ils ont choisi Les rives de l’Eygues. Toute frétillante, j’inaugure le circuit jusqu’à la cascade d’Aubres. Magnifique, ce lieu est inattendu dans un environnement plutôt sec.
Mes passagers n’ont pas hésité à tremper leurs pieds dans l’eau. Karl leur a fait une belle photo souvenir. Au retour, je me disais :  » vivement la prochaine fois !  »

 

Dimanche 12 avril
Ils sont venus. Charmant jeune couple de Dijon. Leur deuxième passage à Nyons. Ils ont choisi la balade du Tour de Garde-Grosse. Une heure dans la nature printanière. Cerisiers en fleurs, inspiration de haïku pour un japonais.
Je me suis comportée en grande dame. Même pas le coup de la panne. Les jeunes, satisfaits, les yeux ravis et Karl enchanté.
Je l’ai ensuite observé pendant une pétanque acharnée avec son ami P. sur le terrain du chemin de la Mochatte. Il a encore des progrès à faire.

30 ans, pas une ride !

IMG_0078 (Copier)

Jeudi 09 avril
C’est bel et bien parti. Je stationne depuis deux jours face à l’Office de Tourisme, Place de la Libération, Nyons centre.

J’attends mes premiers clients, en même temps je fais ma promo.
Je vois bien ceux qui me photographient. Je plais toujours. Karl en profite pour distribuer ses dépliants. Pour l’instant, personne ne s’est risqué à mon bord mais ce moment approche. J’ai un flair infaillible.
Hier soir, Karl a décidé de bouger direction Saint Pons pour rencontrer les hébergeurs de La Rosière. Magnifique lieu très bien entretenu. La responsable est enthousiaste sur le projet. J’aurais certainement des passagers hollandais fatigués de randonner ou pédaler.
Nous sommes revenus à Nyons à un train de sénateur pour profiter de la lumière et de la douceur du début de soirée.

Je débute

IMG_0048 (Copier)

Jeudi 09 avril

C’est bel et bien parti. Je stationne depuis deux jours face à l’Office du Tourisme du Pays de Nyons. J’attends mes premiers clients, en même temps je fais ma promo. Je vois bien ceux qui me photographient. je plais toujours.

Karl en profite pour distribuer ses dépliants. Pour l’instant, personne ne s’est risqué à mon bord mais ce moment approche, j’ai un flair infaillible. Hier soir, Karl a décidé de bouger ; direction St Pons pour rencontrer les hébergeurs de la Rosière. Magnifique lieu très bien entretenu. La responsable est enthousiaste sur le projet. J’aurais certainement des clients hollandais fatigués de randonner.

Nous sommes revenus à Nyons à un train de sénateur pour profiter de la lumière et de la douceur du début de soirée. Et pour clore la soirée nous sommes allés déposer des dépliants dans deux beaux hôtels de Nyons, La Picholine et les Oliviers, je ronronne.

Lifting

Mercredi 18 mars

Quand ils s’y mettent à deux, ça dépote ! Tout mon circuit électrique intérieur a été repris par Etienne qui a aussi raccourci mon œsophage. Fini le vieil économiseur hors d’âge. Karl a changé ma charnière de malle et ses angles. Je rutile et ma malle s’ouvre au top.

Puisque c’est la première journée ensoleillée, ils décident de prendre avec eux les deux enfants d’Etienne, 4 et 7 ans, pour un tour en « Titine ». En côte, j’entendais : « allez ! vas-y Titine ! » ou des devinettes rigolotes « qu’est-ce qui est rouge et qui reste suspendu au plafond ? – Titine avec de la colle sur ses pattes ! ».

En attendant, moi, il faut que je monte le col de Lenton sur piste avec des passages en première mais je suis en forme. Redescente sur Sainte-Jalle en dansant dans les virages. Même fait une petite pointe sur 1 km pour Etienne qui veut savoir ce que j’ai dans le ventre. Je bois comme une goulue et n’ose pas vous dire à combien je suis monté. Indécent pour une deuche de mon âge.

De retour au garage, Etienne a pris ma température. Aucune chaleur excessive, Karl est bien content de moi, pourvu que ça dure !

Test de la Lance

Jeudi 12 mars

Cette fois-ci, Karl et son épouse montent à bord pour tester la balade du « Tour de la Lance ». Je me lance vaillamment à l’assaut du col de Valouse, direction Dieulefit.

Karl a emporté sa caisse à outils. Pour la première fois, j’entends le cliquetis des clés et pinces dans ma malle. Lui, ça le rassure, et moi, je me tiens tranquille. Mais je ne démarre à chaud qu’avec l’accélérateur enfoncé. Ça l’inquiète quand je ne suis pas docile. On aura tout de même accompli le périple sans inconvénient. Sur cette balade, tout est goudronné, je me pavane.

J’ai entendu que Karl avait reçu une commande de pièces. J’aurai de nouvelles plaquettes de frein, une autre charnière pour ma malle, des sangles de capote neuves. Vraiment, je rajeunis !