Journée électrique

2cvolive

Samedi 7 mars

Ce matin, Karl me sort pour aller faire un tour en ville et un peu de promo visuelle. J’ai même eu droit à quelques photos et félicitations sur mon look.

Je dois avouer qu’Etienne a titillé mes circuits électriques et trouvé comment je faisais pour ne plus démarrer. Une cosse un peu lâche au démarreur dont j’avais réussi à me défaire. Il a resserré mes contacts, je vais devoir bosser.

Karl a décidé que nous partions faire le tour de Garde-Grosse. Il embarque son épouse, son beau-fils et le nouveau petit chien de la famille. Je me suis tenu jusqu’à Châteauneuf-de-Bordette mais dans la descente du col de la Croix, wrrr, plus rien. Je m’évanouis.

Sont-ce les chaos de la piste du chemin de Crapon ou une défaillance subite, toujours est-il que nous voici plantés au bord de la route, capot ouvert et Karl à fulminer. Je rigole doucement et me demande s’il saura trouver la cause de mon silence obstiné. Le voilà qui appelle au secours Etienne mais dans cette partie de la montagne, pratiquement pas de réseau. Quand ils ont réussi à se joindre, Karl lui explique que pourtant mes clignotants clignotent et que mon klaxon klaxonne; d’ailleurs il le prouve d’un grand coup d’avertisseur au moment où son épouse a la tête sous le capot. Ah ! Ah! Bonne blague ! Ils sont tordus de rire sauf Karl qui n’arrive pas à entendre ce que lui dit Etienne. Soudain, kaï kaï, c’est le petit chien qui passe dans une clôture électrique. Je me bidonne, décidément, c’est la journée électrique !

Alors Karl farfouille encore à droite, à gauche et son épouse lui dit qu’elle a reçu une décharge en passant la main sous mon volant pour arrêter le chrono dans le vide-poche. C’est là qu’est l’os ! J’ai tout simplement une connexion au Neimann qui pendouille hors de son emplacement. Il passe encore un bon quart d’heure à essayer de rappeler Etienne pour lui dire qu’il a trouvé la panne mais sans succès. Il décide alors de continuer la route jusqu’à retrouver du réseau mais je suis Titine la coquine… En refermant le capot, Karl met son doigt là où ça me chatouille alors je le croque et le tient bien coincé dans le système de fermeture. Son épouse et le beau-fils sont morts de rire, Karl va mettre 30 bonnes secondes à se décoincer, c’est mon côté pitbull !

Enfin, c’est reparti. Plus loin, il appelle encore Etienne qui me promet une bonne thérapie électrique. Mais oui mon p’tit mécano, fais-toi plaisir !

Quartier des Blaches, j’aime bien la route, sinueuse et ombragée, beaux points de vue. Le chrono indique une heure de route en rentrant dans Nyons sans compter les 45 minutes d’arrêt imprévu. C’est ça avec moi : l’aventure. Pour finir, quand Karl m’a remise au garage, je lui ai envoyé une ultime décharge électrique quand il a posé la main sur la poignée. Il sait maintenant que mes circuits doivent être repris de A à Z. Je vais passer sur le billard pour m’offrir une deuxième jeunesse.2cvolive

Photos de la star

2cvOLIVE à Nyons

Samedi 28/02

Après une semaine de repos bien au chaud, voici qu’a sonné l’heure de ma photo officielle. Me voici chargée de figurants touristes et devinez où ça se passe : sur le Pont Roman à Nyons. C’est original, non ? Pas moins de trois photographes pour me tirer le portrait. Pratiquement 150 photos en une heure. S’ils ne trouvent pas la bonne, ce serait incroyable.

Au bout d’une heure, j’en avais assez, un jeune garçon appelé Timi aussi. Alors j’ai refait mon caprice, directement plus de batterie donc pas de démarrage. Ils ont dû me pousser, j’ai démarré en seconde. Et puis ils m’ont garée lâchement Place de la Libération pour aller au café. Alors là, recrise, quand Karl est revenu, j’ai refusé le démarrage et c’est reparti que j’te pousse.

Ah ! Ah! J’en ris encore. Bon, c’est sûr que le mécano va me tripoter les câbles ! Faudra trouver autre chose ! On a quand même passé un bon moment juste quand le soleil nous éclairait pile-poil.

Je roule mes mécaniques !

Entretien de la 2cvolive

Vendredi 20/02

Sympa, aujourd’hui j’ai rencontré Etienne. Lui, il va s’occuper de ma mécanique. Karl m’a décrassé la boîte de vitesse, tous les organes accessibles, bref, on pourra mettre les mains dans mes entrailles sans se salir. Il a complètement rénové mon support batterie, en argent, la classe !

Etienne lui, s’est occupé de refixer mon soufflet de levier de boîte, m’a nettoyé pas mal de contacts électriques, mon filtre de carbu. Il a resserré pas mal d’écrous et boulons à droite à gauche, je commençais à me dévisser sérieux ! Là ils ont voulu s’occuper du chauffage et se sont aperçus qu’il me manque une pièce qui commande le volet d’orientation d’air chaud. Pour l’instant, je fonctionne en manuel, sous le capot.

Après tout ça, j’ai redémarré nickel même qu’Etienne dit que je tourne comme une horloge suisse, waoh ! Je suis un bon coup.

Y a pas photo !

2cvOLIVE à Nyons

Jeudi 19/02

Au programme ce matin, séance photos avec Jean-Luc, le webmaster de mon site. J’ai vraiment pris un coup de jeune. Alors direction Aubres par le Chemin de Crapon.

C’est quoi cette manie de me shooter au milieu des oliviers ? Laborieuse grimpette jusqu’au vieux village d’Aubres, je prouve ma résistance. Après, ils ont repris une série de photos sur le Pont Roman de Nyons, ça j’aime bien, je tranche sur la blondeur des pierres. Karl m’a décapotée, j’attire les regards.

Au diable l’avarice, Karl veut remonter sur le plateau des Estangs pour montrer cette route que Jean-Luc ne connaît pas encore. Retour en ville pour déposer ce dernier chez lui et là, comme j’ai eu très chaud, Karl a failli vider la batterie pour me redémarrer. J’ai repris in extremis, pas trop envie de stagner sur ce parking au milieu de tous ces tas de tôles prétentieux. Salut !

Le président à bord

Lundi 16/02

Il (Karl) veut qu’on teste les circuits, alors partons de la Promenade des Anglais pour grimper sur les hauteurs de Nyons, mais, surprise, nous voici Chemin de la Mochatte sauf que Karl voulait trouver l’itinéraire bis. En plus, aujourd’hui, le Président Dubois est à bord. Nous avons rencontré une artiste peintre.

On a pu faire des photos de moi dans les oliviers, je suis très photogénique. Montés jusqu’au col du Pontias, nord de Nyons, super site pour les couchers de soleil ! Ça grimpe sec !

Je devais avoir de nouvelles plaques d’immatriculation, sauf qu’avec mon nez pointu, il faut poser une plaque en fer qui puisse épouser mon nez, et là, mon futur chausseur ne pose que des plaques plexi, on attendra ! Du coup, le Président a voulu faire la Route des Crêtes et la chapelle Sainte Perpétue. Cette boucle, je vais y avoir droit cet été ! Trop belle vue sur le Ventoux ! Retour parking, place de la Libération, Karl paie un coup à boire au Président.

Ça grimpe ferme !

Ça grimpe ferme !

Samedi 14/02

Ce matin, j’ai roulé jusqu’à la ferme Brès à Nyons, ça grimpe mais à la fin je passe en première et on montera même avec 3 passagers. Après, c’est Jean-Pierre à Vinsobres qui voulait me voir, lui et Maria ont carrément été conquis. J’étais garée à côté d’une cousine fourgonnette. On est rentré tranquille et j’ai eu droit à une super toilette intégrale à l’eau de pluie, même mon siège conducteur est détaché, maintenant, repos.

Fin prête !

Fin prête !

Jeudi 12/02

Ça y est, je suis fin prête ! Sur mes portières « 2cv-o’live » en blanc sur mon rouge pompier, ça claque ! Dès que je me suis faite garer sur le parking du Décathlon d’Avignon, j’ai eu du succès. Je donne le sourire. Retour par Carpentras et le tour du Ventoux, côté ouest, par Malaucène puis Vaison et enfin Nyons où mon garage m’attend. Mon patron, je parle de Karl, m’a acheté une canne anti-vol. Je sens bien qu’il tient à moi, et son épouse est pleine d’« attention ! » Je crois qu’on va bien s’entendre.

Welcome to WordPress. This is your first post. Edit or delete it, then start blogging!